BangBang : bangbangblog.com

La taupinière

Incontournables du Salon du livre 2012

Mélanie Jannard
14 novembre 2012

Chaque année, même histoire. On reproche beaucoup de choses au Salon du livre. On le sait, personne ne vient à toi si tu ne t’appelles pas Ricardo. On le sait, c’est un une grosse piscine de cash rempli de matantes.

Mais moi, j’encourage le monde à y aller, faire sa matante. Parce que le salaire de cet auteur-là et de cette écrivaine-là, malgré tout, c’est souvent pas mal juste toi, matante, quand tu lui dis que son livre, tu as vraiment aimé ça. Voici donc cinq stands auprès desquels je laisserai tomber mon air d’antimainstream désintéressée :

  • Ta mère – stand 532
    Depuis 2005, Ta mère est audacieuse. Elle publie de jeunes auteurs québécois à la voix singulière, qui dépassent les lignes en coloriant. Ma prochaine lecture est d’ailleurs publiée chez eux : Les cicatrisés de Saint-Sauvignac. Parmi ceux et celles qui seront sans doute en tabarnak d’être là : Jean-Philippe Bavil-Guérard (Ménageries), Simon Boulerice (Danser a Capella), Marie-Christine Lemieux-Couture (Toutes mes solitudes!), Benoit Tardif (Ménageries).
  • L’écrou – stand 239
    L’écrou « serre la vis » avec sa poésie faite au Québec depuis 2009. Des beaux livres, de la poésie vraie, juste assez mal léchée. J’étais tombée par hasard sur mon premier Écrou, Gyrophares de danse parfaite, de Daniel Leblanc-Poirier, et j’ai laissé mon radar à on depuis. Parmi ceux et celles qui auront sans doute treize 40 onces en dessous de la table : Frédéric Dumont (Volière), Rose Eliciery (Hommes et chiens confondus), Jean-Philippe Tremblay (Carnavals divers).
  • Pow Pow – stand 532
    Je suis de près le parcours de Pow Pow de près depuis ses débuts. Je me souviens que Luc Bossé, l’éditeur, disait alors ne pas avoir choisi de ligne directrice précise. Deux ans plus tard, en épluchant son catalogue, on peut définitivement dire qu’on « tient quelque chose ». Parmi ceux et celles  ne vous dédicaceront sans doute rien pour cause de tendinite : Sophie Bédard (Glorieux printemps), Pierre Bouchard (Motel Galactic), Samuel Cantin (Phobie des moments seuls), Francis Desharnais (Motel Galactic), Michel Hellman (Mile End), Zviane (Apnée).
  • La mauvaise tête – stand 400
    Vincent Giard et Sébastien Trahan ont rassemblé leurs expériences pour fonder la petite dernière de la bande dessinée québécoise. Ils nous promettent une signature graphique originale et une écriture actuelle. C’est un bon départ et c’est là, notamment, qu’est réédité le fameux Pinkerton, augmenté d’une postface de Nicolas Tittley. Parmi ceux et celles qui toute la fin de semaine, sans doute, bitcheront la longueur de la file pour Rabagliati : Ariane Dénommé (Du chez-soi), Alexandre Fontaine Rousseau (Pinkerton), François Samson-Dunlop (Pinkerton), David Turgeon (La muse récursive).
  • La Smala – stand 117
    La Smala est le bébé d’une collègue en édition qui avec cinq [autres] marmots, a réussi à démarrer sa maison jeunesse du bon pied. Respect. Pour ma part, c’est là que j’achèterai un livre pour La lecture en cadeau. Parmi ceux et celles qui dans le fond, haissent sans doute ça, les enfants : Julie Bédard (Il faut nourrir mamie vampire), Benoit Mathieu (Olivette – Dans le secret des murs), AnneMarie Bourgeois (Le voleur de couche), Catherine D’Anjou (Olivette – dans le secret des murs), Dominique de Loppinot (Zoé et les doigts entêtés) , Nadia Sévigny (Le voleur de couche).

Bon Salon!

Pas encore de commentaire. Laisser un commentaire

La taupinière

Remous terreux majoritairement littéraires.

RUBRIQUES

Syndication RSS

BLOGUE
COMMENTAIRES

Blogoliste

iweb