BangBang : bangbangblog.com

La taupinière

Xzibit au Summum Nightclub : b*tch please

Mélanie Jannard
13 novembre 2010

Comme le disait Sébastien Diaz sur Twitter, c’est hier soir que les choses se passaient à Sherbrooke. La tournée Northern Xposure d’Xzibit y faisait escale au Summum Nightclub. Pour le meilleur et pour le pire, voici mon récit.

Je ne pouvais pas laisser filer cette chance de voir Xzibit « en vrai », mais vous aurez compris que le Summum ne fait pas partie du type d’endroit où j’ai l’habitude de traîner. Dernièrement, la boîte de nuit a été l’hôte de plusieurs spectacles, dont ceux d’Helmut Fritz (Ça m’énerve) et des B.B. (sans blague). Éclectique, certes, mais  intéressant : aurait-on droit à une nouvelle salle de spectacles plus… trash?

Un accueil inquiétant

À Jerry Springer dans un camp de réhabilitation. C’est comme ça qu’on se sentait à l’entrée, alors que le doorman nous gueulait criait férocement de se ranger sur le côté pour laisser passer la star. Il faut dire que les gens qui nous entouraient manquaient gravement de discipline, qu’on les aurait tous fait taire un par un, que les mots me manquent – ou seraient peu appropriés –  pour décrire le désagréable du moment. Une fois fouillée, passée au détecteur de métal et m’être fait ordonner d’enlever la tuque que m’a confectionné ma mère avec amour (tout le monde sait que le tricot dissimule bien les fusils), on pouvait s’attendre à un peu n’importe quoi. « Attend, il va être où, X? » Là, en haut, sur une mezzanine sur quoi entrent parfaitement trois MC et quelques heureux détenteurs d’une passe VIP, immobiles, qui prennent des photos avec leurs cellulaires. Une vue impeccable sur le « pognage de poche ».

Un spectacle quasi décent

« Put your f*cking hands in the air for Bizarre! » Oui, vous avez bien lu. En caractères gras, Bizarre, l’obèse de D-12, avec son « célèbre » casque de bain et son souffle qui manque tous les deux mots. Peut-être m’a-t-il entendu murmurer qu’on n’avait aucun intérêt à le supporter si Eminem n’était pas là, parce qu’il a balancé le contenu de sa bouteille d’eau sur le papier de mon carnet de cuir à vingt piastres. Cheap shot, Bizarre.

Je ne sais pas si Xzibit nous a entendu,  lui aussi, prétendre que Bizarre et son ami aux lunettes de Kanye (what’s up, 2006?) n’avaient rien compris en brandissant leur drapeau du Canada. Le party animal est donc allé emprunter celui des gars de Loco Locass (qui donnaient un show au Granada un peu plus tôt) pour nous faire bouncer la fleur de lys un bon gros trente minutes, avec une version écourtée de ma chanson fétiche. Tout de même, on s’entendra sur une chose : Xzibit est certainement à des miles en vieux bazou d’accoter son grand cousin Snoop, mais il livre bien le peu qu’il a à livrer. Mention spéciale à la machine à boucane, à l’effet « chinook » et à la fausse neige du Summum Nightclub pour plus de sensations.

La brève performance d’X to the Z et l’absence d’une scène décente a peu à voir avec l’amertume qui me trouble en rédigeant ce billet. Quand le Summum réussira à dresser sa clientèle lors des spectacles (« Savoir vivre en 10 bons trucs faciles »), on pourra croire à un nouveau diffuseur pertinent à Sherbrooke.

Xzibit sera en spectacle à Québec au Dagobert Nightclub le 15 novembre prochain de même qu’à Montréal le 19 novembre au Cabaret Mile-End.

2 commentaires
  • Mickaël B
    14 novembre 2010

    Bâtard! C’est supposé être une scène, l’endroit d’où ils chantent et gesticulent?!

    Avoir su, j’aurais fait des spectacles sur ma galerie cet été.

  • Mélanie Jannard
    14 novembre 2010

    Non, pas de scène et mal de cou garanti. En bas (derrière le crowd) y a une petite plateforme où étaient les DJs. Je me demande où avaient « performé » les B.B.

La taupinière

Remous terreux majoritairement littéraires.

RUBRIQUES

Blogoliste