BangBang : bangbangblog.com

La taupinière

Sacré dépanneur! : mal de crâne non compris

Mélanie Jannard
1 juin 2010

Récemment, la journaliste Judith Lussier publiait un livre sur… les dépanneurs, chez les éditions Héliotrope. Il fallait que je mette la main la-dessus…

Et Only on Des Laurentides, le bar de danseuses Les princesses devient un Couche-Tard. Alors que je me demande s’ils ont des saveurs exclusives de barbotines, je reçois Sacré dépanneur!

Notre âme dans une vitrine

À première vue, le concept peurrait sembler banal, voire futile. Plus qu’un simple livre qui « parle » des dépanneurs, les textes et le travail de recherche remarquable de Judith Lussier supporté par les superbes photos – ou comment rendre élégante l’image d’un établissement quasi douteux – de Dominique Lafond sont le reflet de notre ligne du temps. À travers l’histoire de ces petits magasins qui ont changé de nom plus souvent que bien des gens changent de bobettes, c’est l’histoire de notre province – et pas seulement de Montréal – qu’on lit. Ses hauts, ses bas, ses revirages sur un dix cent. Le tout en mode plus-que-sympathique, ponctué d’anectotes parmi lesquelles on aurait tous et toutes aimé lire l’histoire de notre dépanneur, celui qui appartient à l’inconnu qui sait quand on a commencé à fumer, quand on a arrêté, quand on a recommencé, quand on a viré une brosse au vin cheap et quand on a eu cette envie surprenante de Ringolos.

Une beauté à déshabiller

La beauté du sympatique documentaire (j’ai déjà dit que j’étais fan de beaux livres, et de toute façon, à quoi bon sortir quelque chose de laid maintenant que les livres se lisent sur un iPad, sans le plaisir d’exhiber sa couverture aux autres passager du métro), caractéristique des éditions Héliotrope, nous fait vite oublier que la mise en page des anectodes nuit parfois à la fluidité du texte général. Sans contredit un must have dans la bibliothèque des fanatiques de culture populaire, Sacré dépanneur! est aussi rafraichissant qu’une bonne vieille Slush Puppy citron-lime. Mal de crâne non compris.

Pas encore de commentaire.

La taupinière

Remous terreux majoritairement littéraires.

RUBRIQUES

Blogoliste