BangBang : bangbangblog.com

La taupinière

Les Suspects à l’orange

Mélanie Jannard
6 octobre 2009

De retour de mon séjour dans une Sherbrooke qui n’est plus la mienne pour le moment, sans abris. Je sais que j’ai répondu d’un « non » décidé, bien sec, quand un Suspect de service m’a demandé si j’allais écrire quelque chose sur sa soirée littéraire. Puis sur le show des Conards à l’orange. Tant qu’à avoir perdu beaucoup d’argent – et énormément de dignité – ce week-end, aussi bien balancer quelque chose…

…Sachant très bien que critiquer des gens que tu connais te fait passer pour a) une pas fine ou b) une licheuse. Puisque Dominic Tardif connaît déjà une partie de mon acerbité, je vais commencer par son cas, que j’ai analysé jeudi. Top chronologique.

Mort suspecte au Téléphone rouge

« C’est pas une soirée littéraire qui pognerait comme ça à Montréal » remarquait un ancien collègue de classe devant les 150 personnes arrivées pour la prestation des Suspects de service. Il faut dire que Mathieu K Blais, Jean-Philippe Martel et Dominic Tardif ont déjà un assez bon fanbase sherbrookois, en plus de savoir dénicher des perles d’invités. Pour leur dernière soirée littéraire (on devine qu’ils ont d’autres projets), étaient de la partie la jeune et jolie Kiev Renaud, le comédien, metteur en scène et coloré André Gélineau, le professeur, noble, hilarant et posé Patrick Nicol ainsi que le je-n’aurais-assez-de-mots-pour-décrire Martin Dubreuil a.k.a Johnny Maldoror, joueur de tambourine des Breastfeeders. De la part des hôtes comme de leurs invités, le public a eu droit à des lectures parfois drôles, parfois touchantes, bien foutues et excellentes. Mention spéciale aux poèmes culinaires de Dubreuil, qui à défaut d’être substantiels, auront failli nous faire mourir en même temps que les Suspects.

Si je n’ai qu’un léger reproche à faire aux amis littéraires, c’est peut-être d’avoir tendance à abuser des inside jokes, des blagues qui sont peut-être drôles pour vos blondes, vos mères, vos groupies. (Au fond, j’aurais bien d’autres mesquineries à raconter à leur sujet, mais dire du mal des regrettés, ce n’est pas bien. Qu’ils restent en paix, donc.)

N’importe quel sous-titre sauf « Prendre son pied [...] »

Samedi, il y avait le lancement Sherbrookois du deuxième album des Conards à l’orange, Le pied. « Ce que j’aime d’eux, c’est que c’est toujours un peu engagé », disait plus tôt Dominic en se tartinant de beurre de pinotte bio. J’ai sûrement répondu quelque chose du genre « Ouin, des bands qui disent des niaiseries, on en a déjà assez comme ça!», pour avoir l’air d’une mélomane hyper allumée. En vérité, que les textes soient engagés, drôles ou peu importe ne m’influence pas particulièrement sur le plan musical, tant qu’ils soient bien écrits. Même si les douze pièces (enfin, si on compte vraiment la dernière qui dure des heures comme une seule) du nouvel album sont mieux fignolées que celles du précédent, je pense que c’est ce gracieux mélange de « lol » et de sérieux qui fait le succès du groupe ska depuis ses débuts. Les garçons auront mis du temps à lancer leur Pied, mais ça aura valu la peine : l’upgrade de qualité est flagrant, tant au niveau des paroles que des arrangements et de la musique, au point où certains sont allés jusqu’à dire : « On dirait un band signé… » Finalement, parce qu’en plus d’être peu engagée, je suis très superficielle : la pochette est vraiment belle. (Je sais, je n’ai parlé que sommairement de l’album, mais Étienne a fait un retour sur le show avant moi.)

suspects

[Les Suspects de service]

5 commentaires
  • Six thèmes de son
    6 octobre 2009

    J’suis content de voir que tu rejettes complètement mon titre de billet. Là j’te reconnais!

  • [...] This post was Twitted by melanielataupe [...]

  • Mélanie Jannard
    7 octobre 2009

    Quand même..!

  • Vincent
    7 octobre 2009

    « « On dirait un band signé… » »

    Ouais, toute personne baingnant de pres ou de loin dans l’Industrie sait qu’ils devaient realiser un nouvel album avant de signer.

    Le prochain sera le bon, mes Conards.

  • Dominic Tardif
    7 octobre 2009

    Précision:
    Ce n’est pas du beurre d’arachide bio, seulement du naturel.

    Potin:
    Jannard, petite fille gâtée pourrie, ne mange pas ses croûtes de toasts.

La taupinière

Remous terreux majoritairement littéraires.

RUBRIQUES

Blogoliste